Macropodus opercularis, le macropode ou poisson-paradis

Le macropode est un labyrinthidé d'aquarium d'eau froide

Originaire de la Corée, du Viêt-Nam et du Sud de la Chine, le poisson-paradis connu comme le Macropode désigne la très belle espèce et très colorée Macropodus opercularis. D'une taille de 8 à 10 cm, la mâle aux couleurs plus intenses est toujours plus grand que la femelle.

Le corps du macropode est peu allongé, trapu et légèrement comprimé, mais ce qui se singularise le macropode par rapport à d'autres poissons-paradis, est ses nageoires dorsale et anale très développées. Celles-ci dépassent la base de la nageoire caudale. Celle-ci est de toute beauté surtout lorsqu'elle est totalement déployée. Les deux filaments recourbés qui la prolongent forment une lyre. Les couleurs vives des macropodes mâles lui attirent toujours autant de succès. Sa robe brun-rougeâtre ou à reflets bleu-vert est striée de marbrures noires sur le dos. Des bandes alternées rouges et turquoises apparaissent sur les flancs. Une tache sombre orne l'opercule. Il existe une variété noire, Macropodus ocellatus, et une autre, avec des critères albinos dont la robe est rose avec des rayures rouges. Enfin, une troisième espèce, bleutée et sans rayures est Macropodus spechti.

Le mâle a des nageoires plus développées et plus colorées que la femelle. Il y a un peu plus d'un siècle, le Macropode fut l'un des tout premiers poissons tropicaux à être introduit en Europe, faisant de la concurrence au poisson rouge. Sa longévité est de deux à six ans.

Maintenance des macropodes en aquarium

De maintenance facile, le poisson-paradis est l'une des premières espèces de poisson tropical à avoir été élevée en Europe, et plus particulièrement en France. La température de l'eau peut aller de 18 à 26° C. Cela permet aux Macropodus sp. de pouvoir vivre dans un aquarium non chauffé simplement à la température ambiante de la pièce. On notera que, malgré sa taille de 8 cm environ pour les mâles, un mâle seul peut vivre dans un nano-aquarium de 40 litres environ. Attention de ne pas introduire un macropode mâle dans une boule, définitivement trop petite pour lui. Il faut encore s'interdire toute tentative de maintenance en paludarium moderne car le macropode est tout aussi bon sauteur que le combattant : il pourrait s'échapper de la zone aquatique.

Comme particularité, une recommandation consiste à bien couvrir l'aquarium car c'est un excellent sauteur. Notez que le macropode est le poisson par excellence pour éliminer les planaires qui parfois, infestent les aquariums. C'est aussi le cas de la plupart des Bettas combattants et des labyrinthidés en général.

En ce qui touche la nourriture, les poissons-paradis acceptent tout aussi bien les aliments secs que lyophylisés. Il apprécie les planaires (petits vers plats) ainsi que les proies vivantes, comme des daphnies, artémias, vers de vase, etc.

Le comportement est proche du poisson-coimbattant! Et si les juvéniles peuvent cohabiter ensemble, il n'en n'est pas de même pour les adultes qui sont très belliqueux. Agressif et territorial, le macropode vit en couple, ne supportant pas la présence d'autres mâles de son espèce. Il peut engager une rude bataille avec un poisson-combattant mâle mais aussi avec les mâles de son espèce.

Reproduction du macropode en captivité

Avec une compatibilité peu orthodoxe, car son agressivité peut parfois perturber l'harmonie d'un aquarium communautaire, il convient donc de le mettre, soit dans un bac spécifique, soit en compagnie de Cichlidés ou autres poissons solides. Les poissons trop petits ou apeurés feront son ordinaire, mais en présence de sujets plus gros que lui, il aura un comportement calme.
macropode noir, Macropodus concolor
La reproduction du Macropode, y compris le "Macropode noir" de l'espèce Macropodus concolor nécessite d'obtenir un couple formé, apparié, et dès cet instant, le mâle entreprend alors la construction d'un nid de bulles. Il choisira pour ce faire, le dessous d'une feuille flottante. Durant les travaux qui peuvent lui prendre jusqu'à une journée complète, il tiendra la femelle éloignée. Sitôt son dur labeur terminé, il entamera une cour frénétique et tentera d'attirer la femelle sous le nid. Si la femelle est prête à pondre, le mâle exécutera alors une formidable danse nuptiale et s'enroulera autour de la femelle. Ils exposeront leur ventre vers le haut du bac et c'est à ce moment qu'un premier chapelet d'oeufs sera laché et aussitôt fécondé. Ce rituel va se poursuivre jusqu'à ce que la femelle ait pondu tous ses oeufs. Une ponte peut compter environ 500 oeufs. Dès cet instant, la femelle macropode (moins colorée) sera chassée hors du territoire de ponte et le mâle récupérera les oeufs tombés dans le fond du bac pour les mettre dans le nid. Seul le mâle assume la surveillance du nid. L'éclosion a lieu 30 à 50 heures plus tard. Pour obtenir une ponte, le niveau de l'eau sera abaissé et la température augmentée. Les exigences de l'eau ne sont pas rigoureuses, le pH peut varier de 6,0 à 8,0, l'idéal étant la neutralité, soit 7,0 quant à la dureté, elle peut aller jusqu'à 30° GH. Les alevins devront recevoir des infusoires comme première nourriture et ensuite des artémias.